Comment entretenir ses hortensias ?

L’hortensia (Hydrangea macrophylla) est un sublime arbuste à la floraison généreuse. Ses fleurs en formes de boules et aux couleurs vives savent parfaitement décorer un jardin, un balcon ou même un intérieur. Comme la plupart des plantes, il est nécessaire d’apporter quelques gestes d’entretien afin de préserver le bon développement de l’hortensia.

Tailler l’hortensia

La taille est un geste important afin de garantir une bonne floraison et une bonne santé à votre plante. Facile à exécuter, il est tout de même nécessaire de respecter certaines règles.

Premièrement, choisissez le moment propice pour tailler votre hortensia. L’automne et l’hiver sont les deux saisons les plus importantes.

À partir de l’automne, la floraison se termine et vous pouvez profiter de ce moment pour supprimer les fleurs fanées et le bois mort. Contentez-vous de ce petit geste, car avant l’hiver il est déconseillé de trop couper votre plante. En effet, après une trop grosse coupe, votre arbuste pourrait souffrir des gelées de l’hiver.

Effectuez une taille plus importante à la fin de l’hiver afin d’améliorer la floraison. Choisissez un moment entre les deux dernières semaines de février et les 2 dernières semaines de mars.

Pour ce faire, un simple sécateur suffit.

  • Les fleurs poussent sur le bois, alors veillez à ne pas le couper.
  • Ne taillez pas l’arbuste au-delà de 30 cm au risque de ne pas avoir de fleurs.
  • Taillez à environ 1 ou 2 cm d’une paire de bourgeons.
  • Éliminez le bois ainsi que les vieilles branches, reconnaissables à leurs ramifications et leur écorce crevassée. Les branches les plus vieilles se situent au niveau du pied.
  • Veillez à laisser passer le plus possible de lumière en aérant le centre de l’hortensia.

Conseils :
Mettez de l’engrais organique pour une meilleure floraison.
Arrosez abondamment l’hortensia pendant la période de croissance. En été, faites de même, mais de préférence le soir afin d’éviter l’évaporation. Préférez l’eau déminéralisée ou l’eau de pluie pour l’arroser, car l’eau de ville pourrait rendre le sol trop calcaire.
Pour conserver l’humidité, installer un paillage à la base de votre plante.

Cet article vous sera peut-être utile: Comment faire votre compost ?

Les maladies

L’hortensia est un arbuste assez résistant, cependant il n’est pas à l’abri de contracter quelques maladies ou d’être attaqué par des insectes.

Les cochenilles sont reconnaissables par des boules blanches qui apparaissent sur les tiges. C’est un insecte qui ponctionne la sève de l’arbuste. Il est essentiel de réagir rapidement face à une attaque de cochenilles car cela pourrait nuire au bon développement de la plante et ainsi la condamner.

  • Mélangez une cuillère à café de savon noir liquide, une cuillère à café d’huile végétale et une cuillère à café d’alcool à 90° dans un litre d’eau. Ce traitement bio est à pulvériser sur l’hortensia 1 fois par jour pendant 3 ou 4 jours.
  • Le purin d’orties est aussi efficace contre ces parasites.
  • Vous pouvez également trouver des anti-cochenilles en magasins spécialisés, c’est un traitement à base d’huile blanche.

La pourriture grise peut atteindre l’hortensia. Un feutrage gris se pose sur les feuilles, la tige, les bourgeons. En traitements préventifs, utilisez de la bouillie bordelaise ou une décoction d’ail.

La chlorose est une maladie due à une carence en fer dans le sol. Elle provoque la décoloration du feuillage. Afin qu’il retrouve ses belles couleurs, apportez du compost à votre hortensia.

L’hortensia est un arbuste très décoratif au milieu d’un jardin. Sa magnifique floraison s’étale de juin à septembre, mais reste tout aussi jolie jusqu’à la fin de l’automne grâce à ses reflets dorés. Très facile à entretenir, elle est la plante parfaite si vous aimez la beauté tout en simplicité.

Choisir ses pots ou jardinières pour votre jardin

Quels pots et jardinières

Il est rare qu’un jardin ne soit pas amélioré par l’ajout d’un ou plusieurs pots ou jardinières. ils apportent souvent la touche finale qui élève le jardin au-delà de l’ordinaire. Et pour ceux qui ont un petit jardin, ou tout simplement un balcon ou une jardinière, ils sont les éléments essentiels du jardin.

Les pots et les jardinières peuvent faire toutes sortes de miracles dans un jardin

  • Changement d’humeur – débordant de fleurs, les jardinières peuvent adoucir l’apparence d’un jardin contemporain ou formel. Les grands pots architecturaux ajoutent de l’intérêt et de la structure à un jardin informel, même lorsqu’ils sont vides. Les arbres en grands pots peuvent instantanément donner à un nouveau jardin un sentiment de maturité
  • Contraste d’échelle – un seul grand pot semble souvent plus impressionnant dans un petit jardin qu’une sélection de petits pots. Un regroupement de pots fabriqués dans le même matériau, par exemple en terre cuite ou en pierre, mais de tailles différentes, constitue une caractéristique intéressante et est plus cohérent que différents matériaux regroupés.
  • Contraste dans le style – un pot très ornementé peut être fabuleux dans un cadre par ailleurs minimaliste, de même, un simple pot aux lignes épurées ne concurrence pas une plantation exubérante.
  • Sol sur mesure – parfois, une plante préférée déteste les conditions du sol local, mais en la cultivant dans un conteneur, on peut lui donner le sol qui lui convient le mieux
  •  Restreindre la croissance – lorsque l’espace est limité et qu’il est nécessaire d’arrêter la croissance d’une plante à sa hauteur et à sa propagation habituelles, la plantation dans un conteneur aura un effet nanifiant

Vos pots de fleur sur une table à la hauteur des yeux

Élevez les plantes à la hauteur des yeux – il est facile de ne pas remarquer la délicatesse et la beauté des plantes basses, mais en les faisant pousser dans des conteneurs, on peut plus facilement admirer leurs charmes lorsqu’elles sont exposées sur une table ou sur le rebord d’une fenêtre, faites pousser des bulbes de printemps miniatures ou des fleurs telles que des primevères en pots et vous n’aurez pas besoin de vous agenouiller sur le sol froid et humide pour les admirer

Plantation en lit surélevé

Avec des pots et des conteneurs, les plantations saisonnières peuvent être changées beaucoup plus facilement que dans une bordure et les pots qui ont dépassé leur meilleur niveau peuvent être déplacés à l’arrière-plan

Choisir un pot ou une jardinière

Il est difficile de battre la pierre ou la terre cuite, elles ont toutes deux un attrait durable, mais elles ne conviennent pas à toutes les situations car le poids et la durabilité peuvent être un problème, tout comme la valeur – malheureusement elles sont parfois volées si elles sont exposées dans un endroit accessible et non protégé.

La terre cuite bon marché a tendance à se fissurer ou à s’écailler par temps froid, mais les pots qui ont été cuits à des températures élevées seront beaucoup plus durables. Si le budget ne va pas à la pierre antique, la pierre reconstituée et moulée est un excellent substitut et acquerra bientôt la patine du temps.
Les récipients en fibre de verre sont fabriqués selon des modèles traditionnels et contemporains, certains sont moulés à partir d’anciennes citernes à eau en plomb et sont pratiquement indiscernables de l’authentique antique.Pot jardin

Les jardinières galvanisées

– Les conteneurs en métal sont également à prendre en considération, mais n’oubliez pas que le métal conduit à la fois la chaleur et le froid, ce qui affecte parfois la croissance des plantes.
– Les pots en plastique ne sont pas tous brillants et bon marché. De nouveaux matériaux ont été développés qui ressemblent beaucoup aux pots en argile et sont disponibles dans des tailles suffisamment grandes pour contenir un arbre.
– Lorsqu’un pot se trouve dans un endroit venteux, choisissez un pot à parois droites – il sera beaucoup plus stable.

Planter dans un grand pot en terre cuite

  • Bien que le compost polyvalent donne généralement de bons résultats à court terme, les plantes sont généralement plus performantes et le compost retient mieux l’humidité s’il est mélangé pour moitié avec un compost à base de sol.
  • Pour les plantations à long terme et les grandes jardinières, il est préférable d’utiliser un compost à base de sol
  • Placez une sorte de matériau de drainage dans le fond du pot pour éviter que les trous de drainage ne se bouchent et ne provoquent la pourriture des racines
  • Ne remplissez pas le récipient jusqu’en haut, les mottes de racines des plantes déplaceront une partie de la terre et il devrait y avoir assez d’espace pour ajouter un paillis et permettre l’arrosage
  • Avant de planter, faites tremper les plantes dans un seau d’eau pour vous assurer que les racines sont bien humides, puis détachez doucement les racines pour les encourager à s’enfoncer dans le nouveau sol, sinon elles ont tendance à tourner autour de la motte au lieu de s’étendre
  • Plantez fermement et à la même profondeur que la plante était dans son ancien pot et vérifiez qu’il n’y a pas d’espaces d’air autour de la motte
  • Ajoutez un paillis – en plus d’être décoratif, il aidera à supprimer les mauvaises herbes, à retenir l’humidité et à empêcher la terre d’éclabousser les feuilles en cas de forte pluie

 

Les Arrosoirs et jardinières

– Les jardinières ont besoin de plus d’eau que les lits et les bordures, surtout pendant les mois d’été, si la pluie n’est pas forte et persistante, elle ne suffira pas pour les pots
– Une soucoupe remplie de gravier placée sous un pot pendant l’été réduira la quantité d’arrosage nécessaire – retirez-les en automne ou l’eau qu’elles contiennent risque de geler et d’endommager les plantes et le pot lui-même.
– Arrosez abondamment autour de la base des plantes plutôt que d’arroser leurs feuilles où une grande partie de l’eau va rebondir et ne parviendra jamais au sol
– C’est une bonne idée d’avoir plusieurs arrosoirs répartis dans le jardin – vous pouvez les remplir à partir d’un robinet ou d’un tuyau d’arrosage lorsque vous faites votre arrosage de routine et ils seront sur place pour sauver les plantes assoiffées

Entretien des pots et des jardinières

La quantité de nourriture disponible pour les plantes dans les pots et les conteneurs est limitée, il est donc important de mettre à disposition de la nourriture supplémentaire.
Alimentation liquide régulière – une fois par semaine pendant la saison de croissance est idéale.
Un paillis avec un engrais général au début de la saison de croissance – le poisson, le sang et les os sont bons pour les jardiniers biologiques.
Pour les plantations à long terme, grattez les 5 cm supérieurs de terre et remplacez le compost chaque année.
Si vous réutilisez le compost à usages multiples dans votre jardinière, videz-le dans un seau ou une brouette et remuez-le en y ajoutant un engrais général. Faites attention aux parasites tels que les charançons de la vigne – s’ils sont présents, il est préférable de ne pas réutiliser le compost.

Précautions parasites et maladies

Les charançons de la vigne sont un problème particulier pour les plantes cultivées en conteneurs, les plantes cultivées en jardin semblent bien mieux à même de survivre à ce ravageur. Souvent, le premier signe d’un problème est l’effondrement et la mort de la plante. Les primevères et les cyclamens semblent particulièrement vulnérables. Il existe des traitements chimiques, mais rien d’efficace pour le jardinier bio où mieux vaut prévenir que guérir.

Les charançons de la vigne sont souvent importés des jardineries ou d’ailleurs. Cultiver ses propres plantes à partir de zéro est donc un bon moyen de les éviter. Si vous achetez des plantes, faites-les sortir de leur pot et recherchez les vers blancs révélateurs.

Les limaces sont l’autre fléau du jardinier de conteneurs. Si vous faites pousser quelque chose qui leur plaît, elles utiliseront toutes les méthodes possibles pour l’atteindre et vous devrez être vigilant pour les tenir à distance. Il existe différentes méthodes pour les dissuader, notamment des bandes de ruban de cuivre autour du pot, des granulés de laine qui se dilatent lorsqu’ils sont arrosés et créent une surface sur laquelle ils n’aiment pas ramper (efficace mais pas très décorative), des grains pointus et des granulés anti-limaces, de préférence ceux approuvés pour les jardins biologiques.

Il est important de se rappeler que l’ajout d’une quantité supérieure à la quantité recommandée n’augmentera pas l’efficacité des granulés anti-limaces – un tous les 10 cm est suffisant – un paillis bleu est un gaspillage et un danger pour la faune.

Faîtes-vous plaisir et cultivez vos jardinières et pots sans aucun soucis.