Solutions et astuces au-delà du compost

Au-delà du compost

Moisissure des feuilles

Si vous avez des arbres à feuilles caduques dans votre jardin, vous pourrez faire de la moisissure foliaire c’est d’ailleurs un autre matériau utile pour le jardinier bio.

Beaucoup plus simple que le compostage il suffit de ramasser toutes les feuilles mortes en un tas et de sauter dessus de haut en bas pour en exclure l’air et les compacter. Contrairement au compost, les feuilles se décomposent en anaérobie, c’est-à-dire sans oxygène. Afin de protéger un tas de feuilles bien empilées Il est recommandé de fabriquer un enclos en grillage ou quelque chose de similaire pour les empêcher de s’envoler.

La moisissure des feuilles est dépourvue de nutriments, mais elle est très utile pour conditionner le sol, remplacer la tourbe et servir de paillis. Évitez d’ajouter des feuilles persistantes au tas, car elles sont très lentes à pourrir et beaucoup d’entre elles sont très toxiques pour les autres plantes.

Les engrais verts

Si le compost est le principal moyen pour un jardinier bio d’ajouter de la fertilité au sol, il existe aussi d’autres options. Les engrais verts tels que la moutarde, le trèfle et la phacélie peuvent être semés sur n’importe quelle parcelle de terre nue afin de la couvrir, puis être enfouis avant la plantation afin d’ajouter de la structure et de la fertilité au sol.fumier compost

Le fumier

Le fumier bien pourri est bon pour les cultures qui ont faim, comme les pommes de terre, mais assurez-vous qu’il provient d’une source sûre, idéalement biologique. Des problèmes de contamination du fumier par des pesticides persistants ont posé des problèmes aux jardiniers. Un fumier bien pourri est également important car si le fumier est trop frais, il privera en fait le sol d’azote

Engrais naturels

Le poisson, le sang et les os sont des alternatives naturelles aux engrais chimiques et se répand sur le sol de manière similaire. Ils sont riches en potasse et constituent un stimulant utile si les plantes ne parviennent pas à fleurir ou à fructifier. Les algues marines, fraîches ou sous forme de poudre séchée, remplissent une fonction similaire.

Aliments liquides

Bien que le jardinier biologique se concentre principalement sur l’amélioration du sol par l’ajout de compost pour la fertilité et d’humus pour une meilleure texture du sol, il y a également un rôle pour les aliments liquides, en particulier avec les légumes et les plantes cultivées en conteneur. Il existe dans le commerce de bons aliments liquides organiques, mais vous pouvez également en fabriquer à partir de consoude. Récoltez les feuilles quatre fois pendant la saison de croissance et trempez-les dans suffisamment d’eau pour les recouvrir toutes. L’infusion malodorante qui en résulte peut être ajoutée à votre arrosoir à une dilution de 10 %. Gardez le mélange de consoude et d’eau couvert pendant le brassage.

Et vous ! quelle solution de compostage choisirez-vous?

Comment faire votre compost ?

Comment faire du compost

Le compost fonctionne par décomposition aérobie. En d’autres termes, l’oxygène est nécessaire pour effectuer le processus. C’est pourquoi il est si important de mélanger des ingrédients de différentes textures et de retourner le tas de compost.

Cela empêche le contenu de se déposer en solides. En présence d’oxygène, la décomposition produit de la chaleur, c’est pourquoi un tas de compost actif peut devenir très chaud. Si le compost est froid, il est temps de le retourner et d’introduire plus d’air. Bien sûr, son contenu finira par pourrir tout seul, mais en l’absence de chaleur, les graines de mauvaises herbes latentes survivront.

Le bac à compost

  • Idéalement, vous devriez avoir au moins 3 bacs à compost en bois d’au moins 1 mètre carré dans votre jardin. Plus le bac est grand, plus le processus est efficace.
  • Celui dans lequel vous ajoutez vos déchets
  • le second est plein et termine le processus de compostage
  • Le troisième contient le compost prêt à l’emploi

C’est la méthode de compostage la plus efficace pour assurer un approvisionnement continu. Après avoir vidé le bac à compost prêt à l’emploi, vous pouvez verser le matériau dans le bac plein et faire apparaître un autre compost prêt à l’emploi au bas du tas. S’il vous reste suffisamment d’énergie, le fait de transformer le contenu du bac restant dans celui qui vient d’être vidé lui donnera un regain d’oxygène bienvenu.

CompostLes bacs à compost dans le jardin

Si vous n’avez pas de place dans votre jardin dans cette disposition idéale, il existe de nombreux composteurs plus compacts et, si vous suivez les règles de ce qu’il faut y mettre, ils génèreront un compost parfaitement bon. (bac à compost commercial) Il existe plusieurs systèmes différents et le choix est une question de préférence – gardez simplement à l’esprit que, le zéro déchets est essentiel dans la vie, si vous recyclez vos déchets, vous participerez alors à l’effort pour notre planète et votre santé.

Ou placer vos bacs ?

L’emplacement de vos bacs à compost doit être étudié. Afin de les rendre discrets les camélias peuvent aussi les masquer à la vue de tous. En général, ils ne sont pas l’élément le plus attrayant du jardin, mais c’est une erreur de les cacher dans un endroit inaccessible parce que vous ne voulez tout simplement pas les utiliser. Il est préférable de les dissimuler derrière quelque chose de décoratif (j’ai planté une haie de camélias autour de mes bacs) et de pouvoir les atteindre facilement. Une position à l’ombre partielle est idéale.

Quoi composter ?

Alors, que devez-vous mettre dans votre tas de compost ? – et dans quelles proportions ?

La règle de base est la suivante : moitié de matière verte et moitié de matière sèche, c’est-à-dire 50 % d’azote et 50 % de carbone. Trop de matière verte et le contenu s’amalgamera, excluant l’air et se décomposant en anaérobie (c’est-à-dire sans oxygène), ce qui n’est pas ce que vous souhaitez.

Par exemple, si l’on met des tontes de gazon en tas en grande quantité, elles deviennent rapidement gluantes et malodorantes, mais si on les mélange avec de la paille, du papier journal déchiqueté ou d’autres matières sèches, le résultat est friable et sent bon. À l’inverse, si vous ajoutez trop de matière sèche, il ne chauffera pas et le compostage ralentira.

Important ! ce qu’il ne faut pas composter

Il existe quelques autres règles importantes en matière de compostage. N’ajoutez jamais d’aliments cuits, car cela attirerait la vermine. Et n’ajoutez pas de feuilles d’automne ou de bois de taille à moins de pouvoir les déchiqueter au préalable, car ils mettent beaucoup de temps à pourrir.

Ingrédients de broyage

Le broyage est un bon moyen de faire du compost rapidement. En déchiquetant puis en mélangeant les ingrédients verts et secs (feuilles et brindilles déchiquetées prêtes pour le tas de compost), on obtient une surface beaucoup plus grande avec plus d’espaces d’oxygène pour accélérer l’ensemble du processus.

Couverture des tas de compost

Tapis recouvrant le tas de compost Il est également conseillé de garder celui-ci couvert pour empêcher la chaleur de s’échapper et éviter qu’il ne soit trop humide. La couverture peut être aussi une moquette coupée. Le compost prêt à l’emploi doit être mis en sac ou gardé couvert pour empêcher les nutriments de s’échapper.